La Charte des droits de la personne dont la vie est au centre d’un accompagnement narratif

Les praticiens narratifs et praticiennes narratives s’engagent à tout mettre en œuvre pour permettre aux personnes, aux groupes et aux communautés :

  • Article 1 : de décrire leurs expériences et leurs problèmes à partir de leurs propres références culturelles.
  • Article 2 : d’être écoutés à partir d’une posture décentrée, c’est à dire en les considérant comme des personnes compétentes à conduire leur vie et résoudre leurs problèmes dans le cadre contextuel de leur propres histoire et modes de relations.
  • Article 3 : d’inviter toute personne, groupe ou communauté qu’ils considèrent être importants pour eux à participer à leur accompagnement.
  • Article 4 : de rendre hommage aux efforts qu’ils font pour résister aux effets des problèmes qu’ils rencontrent, atteindre leurs objectifs et choisir leur vie en fonction de leurs espoirs, de leurs rêves, de leurs principes et de leurs valeurs.
  • Article 5 : de reconnaître et honorer les capacités, les talents et les compétences qu’ils ont développés tout au long de leur vie .
  • Article 6 : de prendre en compte la valeur des apprentissages qu’ils ont acquis et la capacité de ce savoir à aider et à supporter les efforts fournis par d’autres personnes, groupes ou communautés aux prises avec les mêmes difficultés.
  • Article 7 : de bénéficier d’une documentation permettant de préserver, mettre en valeur et partager les mots et expressions de ses histoires et identités préférées.
  • Article 8 : d’être accompagnés à l’écart – en conscience – de l’influence des récits liés au Pouvoir, au Privilège, et aux discours normatifs dominants (diagnostics, économie de marché, etc.).

Source : Charte des droits de la personne dont la vie est au centre d’un accompagnement narratif