La Colère

Elle est venue me hanter,
Elle, est sourde et sans pitié,
Moi, j’ai juste envie de crier.

J’ai trouvé des endroits pour pleurer,
A l’écart, comme un mutilé,
A sans cesse répéter « Papaoutai ? »

Tel un Dormeur du Val dans la forêt,
Je l’imagine se reposer,
Avant de voir les marques d’un sanglier.

Comment être à la fois un père et un fils bâillonné ?
Comment passer les fêtes sans y penser ?
Comment brûler son image dans la cheminée ?

10 années, 10 Noël pour le décéder,
Sa tombe vide est toujours à mes pieds,
Et je ne lui ai pas dit que je l’aimais…



Catégories :Blog, Deuil

Tags:

1 réponse

  1. Toutes mes pensées t’accompagnent et vous accompagnent. Les Noël sont terribles, à tout mettre en avant, tout raviver, tout ramener, autour d’une même table, autour d’un même cœur, autour d’une même absence…

    Tu me donnes envie, moi qui ne crois pas en l’Eglise, de poser une bougie sur ma fenêtre, pour les miens, dans cette période de repli et repos.

    Paix, et sérénité.

    martine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :